top of page
Megaphone.jpg

Tribune libre

Billets d'humeur

Si nous ne protégeons pas la biodiversité,

nous allons disparaître comme les lémuriens...

 

C'est un véritable cri d'alarme que lance Marie-Monique Robin.

Pour son documentaire "La fabrique des pandémies", la journaliste d'investigation a parcouru 8 pays pour rencontrer les scientifiques qui travaillent sur l'origine des épidémies.

D'où viennent les épidémies ? C'est l'enquête qu'a menée Marie-Monique Robin dans son documentaire "La Fabrique des pandémies". Pour trouver des réponses, la réalisatrice aux multiples prix, est partie à la rencontre de scientifiques sur les cinq continents. Tous font le même constat : la santé humaine est profondément liée à celle des écosystèmes. 

Une épidémie de pandémies

Si l'on pense d'abord au Covid-19 quand on parle d'épidémie mondiale, la situation est loin d'être nouvelle. Dans le documentaire "La fabrique des pandémies", un scientifique n'hésite pas à parler "d'épidémie de pandémies."

 

"En fait, la liste est très longue, explique Marie-Monique Robin. Depuis la seconde guerre mondiale, il y a plein de nouvelles maladies qui ont émergé, sida, chikungunya, Ebola, Mers ...". Des maladies qui ont en commun d'être des zoonoses, des maladies infectieuses qui passent de l'homme à l'animal. 

Trois principales causes

Comment expliquer cette explosion d'épidémies ? Trois éléments sont mis en avant par les scientifiques : la déforestation, l'élevage intensif et la globalisation.

 

La déforestation favorise l'émergence de maladies. "Il y a une grande biodiversité, beaucoup d'animaux sauvages, d'arbres, mais aussi des micro-organismes. Ils sont là depuis la nuit des temps, ils ne nous ont jamais embêtés jusqu'à ce qu'on rentre dans cet espace."

 

"C'est nous les humains qui créons les conditions pour que de nouvelles maladies infectieuses émergent. C'est ce que montrent les scientifiques sur les cinq continents et ça depuis des dizaines d'années."

L'élevage intensif favorise ensuite la transmission vers l'homme. Il faut un intermédiaire entre les animaux sauvages et l'homme, pour "humaniser" le virus. "Si c'est un cochon dans un élevage intensif : bingo ! Le cochon a 90 % de gènes en commun avec l'homme et dans un élevage intensif, ils sont tous semblables génétiquement et immunodéprimés".

La globalisation permet ensuite une large diffusion des épidémies, "ce qui arrive à l'autre bout du monde, arrive chez nous le temps d'un avion".

"Si les vertébrés continuent de disparaître, c'est nous qui allons disparaître. Nous faisons partie de la biodiversité. À force de la détruire, ça nous revient dans la figure".

 

Un désastre annoncé

Il y a cependant un motif d'espoir pour la journaliste d'investigation. "Ça donne sens à ce qu'on a vécu pendant 3 ans, avec le Covid-19. Ça ne tombe pas du ciel. S'il y a des causes, on peut agir". Agir signifie des changements de consommation importants, car la déforestation est provoquée par de nombreux facteurs : plantation de soja pour nourrir le bétail, exploitation des mines, monocultures de caoutchouc, etc. 

"La biodiversité, ce n'est pas un supplément d'âme pour bobo-ecolos à vélo, dont je fais partie. C'est vraiment notre maison commune. Si nous ne protégeons pas la biodiversité, nous allons disparaître, comme les lémuriens de mon film".

 

La journaliste lance un appel aux citoyens, pour qu'ils fassent pression sur les politiques : "faute de quoi, on va vers un désastre annoncé, pas pour dans 2 000 ans, mais pour nos enfants". 

Marie Monique Robin a parcouru le monde pour réaliser des investigations reconnues à l'international. Prix Albert Londres, Prix Olivier Quemener-Reporters sans frontières, Grand Prix du Festival international du reportage d’actualité et du documentaire de société, entre autres ...une carrière impressionnante et une filmographie engagée notamment sur les question d'environnement. 

 

Le documentaire La fabrique des Pandémies, lui aussi multi primé est à découvrir sur France.TV 

SuiteTribuneLibre
QuoiDeNeuf ? TribuneLibre

 23 mai 2024 

Seconde consultation publique à la Chapelle-Neuve (56)

Du 21 mai 2024 au 18 juin 2024 (La préfecture avait refusé le 1er arrêté ICPE en décembre 2022)

 5 avril 2024 

Découverte d'un projet de méthaniseur conséquent sur Héric (44)

Il se trouvera à un peu plus d'un km du canal de Nantes à Brest, pas loin du Pas d'Héric. Environ 20000 t/an d'intrants dont la majorité sera du végétal.

De plus, une partie de l'épandage se fera sur la zone de captage de Nort sur Erdre ...

Et comme d'habitude les riverains le découvrent par hasard alors que l'enquête publique est commencée ...

 15 février 2024 

Le 19 février 2024 Conférence organisée par Flore 54

L'ATPCV (Association du Toulois pour la Préservation du Cadre de vie), LNE et la Confédération Paysanne, avec Daniel Chateigner, physicien et chercheur, coordonnateur du Collectif Scientifique National pour une Méthanisation raisonnée.

 31 janvier 2024 

Colloque Méthanisation le 17 février 2024 dans le GERS

La salon à la ferme.

 26 novembre 2023 

Rénovation ou Méthanisation,  cherchez l’erreur

de l’association SOS Segala Nature 81 TARN

 12 novembre 2023 

Conférence sur l’eau par le collectif Aménager Sans Nuire à Bollène & Environs, suite au projet de méthaniseur à proximité de la zone de captage d'eau potable de Mornas. Salle des fêtes de Mornas, Vendredi 1 Décembre à 18 h

 30 octobre 2023 

Parole de Méthaniseur de l’association SOS Segala Nature 81 TARN

17 septembre 2023 

La justice pointe les dysfonctionnements de la méthanisation :

D’après l’association Eau & Rivières de Bretagne au 04 octobre 2023

^ Télécharger

 14 octobre 2023 

Affiche AEPS

Mobilisons-nous

^ Télécharger

 17 septembre 2023 

EOG le magazine interne de Eaux et Rivières de Bretagne. Avec un article (Page 9) à propos du Méthaniseur XXL de Corcoué-sur-Logne (44) : l’agriculture de demain ?

LogoChatGPT.jpg

^ Télécharger

 1 septembre 2023 

Si c'est l'Intelligence Artificielle qui le dit ...

 

^ Télécharger

 28 août 2023 

Un mouvement qui s'amplifie !

 

 14 août 2023 

"A" comme agriculture où "D" comme déchèterie

Il nous avait "vendu" la méthanisation vertueuse pour utiliser ses inter-cultures, pas de maïs comme les allemands, et pas d’agrandissements sauf si "on" l’y obligeait, pas d’odeurs, etc.

Depuis des mois, par manque d’intrants végétaux issus de l’exploitation, l’usine tourne au "jus de camion".

Mauvaise gestion ?

J’men foutisme ? Incompétence ?

Presque tous les jours, une citerne parcourt des kilomètres pour alimenter le site, remplie d’une soupe de déchets issus de collectivités diverses de la région parisienne.

Loin de ressembler au projet "vertueux" initial, un nouveau métier est né.

O’Terres Energies est devenu une sorte de déchèterie de campagne au service des villes, l’agriculture a perdu sa noblesse.

 11 août 2023 

Encore un bonimenteur d’amphithéâtre qui ne voit pas plus loin que ses slides ... A partager

Du BFM à l'état brut, où comment informer sans réfléchir !

BFM Stratégie

(Cours n°156):

La Bretagne peut être à l'économie circulaire agricole ce que la Californie est à l'industrie du Net - 03/07

^ Télécharger

 1 août 2023 

A diffuser largement ...

 16 juin 2023 

Le Collectif Méthavigilance32 et l'association ABIVIA ont rédigé, en commun accord, une lettre ouverte

destinée aux porteurs de projets de méthanisation agro-territoriale ou industrielle dans le département du Gers

 3  juin 2023 

Puanteurs récurrentes.
Un riverain du méthaniseur de TotalE
nergies de Gramat (Lot) écrit une énième fois à la préfecture, députés, maire, TotalEnergies, etc.

Télécharger

 31 mai 2023 

Mise en place d'une cagnotte

 22 mai 2023 

Recours contre l’arrêté préfectoral concernant l’implantation d’un méthaniseur au Lion d’Angers en Maine et Loire

Télécharger

^ Télécharger

 16 mai 2023 

Communiqué de presse du 13 mai 2023

 13 mai 2023 

Association Stop Mehane Plouha (22) 

Lettre au président du conseil régional de Bretagne

 11 mai 2023 

L’association SOS Ségala Nature (81) s’adresse au maire de Monestiés

^ Télécharger

 6 mai 2023 

Angerville (91)

Préserver l’eau vaut bien une marche festive

^ Télécharger

 2 mai 2023 

Angerville (91)

Marche festive dimanche 14 mai 2023

à 14 h00

 21 avril 2023 

Rendez-vous cet été aux Résistantes - les Rencontres des luttes du 3 au 6 août au Larzac !

 18 mars 2023 

Communiqué concernant l’extension de l’unité de méthanisation de Gannedel

Télécharger

^ Télécharger

 12 mars 2023 

Communiqué Association Bien

vivre à Mauges-sur-Loire(49)

^ Télécharger

 5 mars 2023 

Le loup est-il en passe de s'installer aux portes des grandes villes ?

Il se raconte, qu'aux portes de Bozouls, un cousin du loup gris, le LOUP VERT ...

 23 février 2023 

Le Collectif de Lamazère/l'Isle de Noé pour un avenir préservé

et l'Association Abivia, bien vivre en Astarac et Fezensac (Gers) ont organisé vendredi 3 février 2023 dans la salle des fêtes de l'Isle de Noé une réunion d'information concernant un projet d'usine de méthanisation à Lamazère au coeur du futur Parc Naturel Régional ASTARAC.

 14 février 2023 

Grosse mobilisation des habitants du Sud-Essonne sur le méthaniseur d’Angerville

Télécharger

 31 janvier 2023 

Collectif Camse Angerville Methagaze

La mobillisation continue

Télécharger

 26 janvier 2023 

Des prairies permanentes qui disparaissent chaque année dans le Grand Est. Pourquoi autant de prairies sont-elles retournées chaque année dans cette région ?

Diminution du nombre d'élevages, évolution du mode d'alimentation, développement important de la méthanisation, marché plus favorable aux grandes cultures... Les causes sont multiples et difficiles à identifier.

Alors que les prairies ont un rôle majeur dans la filtrations des eaux et les crues !

Et après cela on nous soutient que ce n’est pas plus de 15% (promis, juré !) mais si on multiplie le tout par 7000 (métha à venir), que restera-t-il pour les cultures alimentaires et pour retenir l'eau en effet ...

Jacqueline (Arzal en danger)

 17 janvier 2023 

Communiqué du Collectif Camse Collectif d'Alerte à la Méthanisation en Sud-Essonne

Télécharger

bottom of page