Megaphone.jpg

TRIBUNE LIBRE

Une petite leçon d'arithmétique ...

... qui prouve que la méthanisation produit

beaucoup plus de CO2 que le gaz naturel

 14 janvier 2022 

La Commission européenne adoube le nucléaire et le gaz fossile comme "énergies de transition"

Voici ce qu’a écrit Jean-Pierre Le Lan membre du CSVM (Collectif Scientifique National Méthanisation raisonnable) :

"La Commission européenne adoube le nucléaire et le gaz fossile comme "énergies de transition". Ce qui donc est inacceptable ici, c'est l'intégration du gaz.
Le fameux gaz, appelons le par son vrai nom "méthane" et non pas "biogaz" ou "gaz vert" (escroquerie sémantique ) est constitué de molécules (CH
4) non seulement dangereux gaz à effet de serre mais destiné à subir la combustion, laquelle ne produit que du CO2 et du H2O gazeux.

Quelle que soit son origine, gaz naturel fossile ou issu de méthanisation, une fois envoyé dans l'atmosphère, sera retourné sur le système terrestre pour seulement 56% (photosynthèse et par l'océan), donc 44% persisterons dans l'atmosphère au moins mille ans !

Cette vérité scientifique est scandaleusement niée par l'ADEME, SOLAGRO, et bien sur GRDF, GRT Gaz et Engie dont les intérêts économiques bien connus priment sur tout. Mais plus grave, même FNE leur emboite le pas, alors qu'en principe (?) ils n'ont pas de conflits d'intérêts sur ce sujet, ce dont on peut donc légitimement douter.
Le gaz dont on parle est un énergie très carbonée, elle est le vecteur d'une énergie contribuant au réchauffement climatique.

Ceci, porté devant la commission européenne confirme qu'il s''agit bien d'un scandale d'état, reposant sur un déni de science collectif, manifestement conséquence d'intérêts économiques plus forts que tout".

LogoGRDF.jpg

Pour peaufiner sa politique de  désinformation,

GRDF n'est pas à une inexactitude près ...

AMPG 3781

Qu'ont-ils fait de nos propositions ?

 

Régime

de la déclaration :

Arrêté du 10/11/09
 

Régime

de l'enregistrement : Arrêté du 12/08/10

 

Régime

de l'autorisation :

Arrêté du 10/11/09

LogoERB.jpg

^ Télécharger

Rapport du Sénat sur la méthanisation :
une partialité dénoncée par Eau & Rivières de Bretagne

Une étude simple du bilan chimique de la méthanisation agricole montre que c’est en réalité :

  • un process industriel faiblement méthanogène,

  • un process beaucoup plus polluant en CO2 que le recours au gaz naturel !

 

Le "biogaz" (1) produit par méthanisation dans les digesteurs contient, par nature, de 40 à 60 % de CO2 (2). Pour pouvoir être injecté dans le réseau gaz de GRDF il faut séparer le méthane du CO2. Le gaz résiduel, dénommé "biométhane", peut alors être injecté dans le réseau de gaz naturel de GRDF. (3)

Quelle est la quantité totale des rejets de CO2 à l’atmosphère

par l’épurateur ET par la combustion du "biométhane"

injecté dans le réseau GRDF ?

 

Prenons un cas moyen, soit 50 % de CO2 préexistant dans le "biogaz" et considérons 100 m3 de ce "biogaz" sortant du post-digesteur. Ce volume de "biogaz" est composé de :

  • 50 m3 de CO2, qui seront rejetés à l’atmosphère lors de l’épuration,

  • 50 m3 de méthane, appelé "biométhane" après épuration, qui seront injectés dans le réseau GRDF.

Lors de leur combustion, les 50 m3 de méthane libèreront à leur tour 50 m3 de CO2 (CH4 + 2 O2 > CO2 + 2 H2O), soit un total de 100 m3 de CO2 rejetés à l’atmosphère, alors que la combustion d'une même quantité de gaz naturel ne libère qu'environ 50 m3 de CO2 (en réalité 52 m3 (4)).

Dans ce cas, on constate que la méthanisation produit environ

2 fois plus de CO2 que le gaz naturel.

 

Si nous raisonnons sur une base de 60 % et de 40 % de CO2 dans le "biogaz" (en sortie méthaniseur) on constate que, dans ces deux cas, les rejets de CO2 sont respectivement 2,5 fois et 1,66 fois plus élevés que ceux par la combustion du même volume de gaz naturel (les quelques % d’impuretés de ces gaz étant négligeables dans le calcul).

Y a-t-il des rejets d’autres gaz à effet de serre 

par la méthanisation agricole ?

 

Des fuites de gaz contenant du méthane ("biogaz", "biométhane") apparaissent dans l’usine en quelques années : défauts d’étanchéité des vannes, broyeurs…, fissures provoquées par corrosion en présence d’H2S même sur des inox, déchirures des bâches. Or l’effet de serre du méthane est 25 fois plus puissant que celui du CO2.

Par ailleurs, après épandages du digestat la chimie du sol, à son contact, engendre des émissions d’ammoniac. Ce gaz s’oxyde en partie en protoxyde d’azote N2O, dont l’effet de serre est 300 fois plus puissant que celui du CO2.

Ce processus, néfaste également pour le climat, ne se produirait pas si on continuait d’utiliser comme amendements les déchets végétaux pour entretenir le stock de carbone et de matière organique des sols, au lieu de méthaniser ces déchets.

Le "biogaz" n'est pas vertueux en termes de combustion et de rejets de CO2, etc. Il contribue beaucoup plus au réchauffement climatique que le gaz naturel !  

D’autant plus que le carbone (contenu dans le méthane et le CO2 de ce "biogaz") provient, pour 90 % environ, de la matière organique de l’humus et pour seulement 10 % du CO2 atmosphérique ré-arbsorbé par les végétaux par photosynthèse (le digestat épandu sur ces parcelles ne comporte plus qu’un tiers du contenu en carbone organique des intrants). Contrairement aux affirmations courantes, le "biogaz" n’est renouvelable qu’à 10 % environ.

Ce carbone ne se retrouve que peu dans les sols. Son déficit crée une "faim en carbone" des micro-organismes de l’humus. Aux prélèvements intensifs de carbone par la méthanisation, s’ajoute celui de ces micro-organismes, ensemble ils provoquent l’épuisement progressif des sols.

De ce fait - comme le gaz naturel - ce carbone organique des terres agricoles, qui se renouvèle peu par la méthanisation, est à considérer aussi comme "fossile" (5).

L’Etat doit arrêter de subventionner (6) ce procédé contre nature, dangereux, polluant, dont le gaz produit n’est qu’à 10 % renouvelable, qui accélère le réchauffement climatique, et dont le digestat dégrade les sols.

Une alternative à la méthanisation

Le stockage du lisier de porcherie, s’il n’est pas méthanisé, rejette du méthane à l'atmosphère à très fort effet de serre. La solution la plus facile et la moins chère est de le récupérer par un bâchage du stockage et de l'utiliser pour les usages internes de la porcherie - moyennant des précautions liées à l’explosivité du méthane - qui aurait pour avantage supplémentaire de supprimer les odeurs. Des installations simples sont commercialisées, pour exemple :

https://www.lemmens-cables.be/fr/actualites/2014/05/14/bache-de-couverture-d-une-fosse-a-lisier/0Gp1HIAyp7X0wKFBigJl/

                                        

(1) "biogaz" et "biométhane" sont des appellations de gaz artificiels (au contraire du "gaz naturel"), utilisées par l’Etat, l’ADEME, le lobby gazier, etc. Elles ne correspondent en rien au label "bio" de l'Union Européenne.

(2) Nombreuses sources. Exemple : INRS / Rapport "Caractérisation des biogaz - bibliographie – mesures sur sites" page 9.

(3) Le "biogaz" peut être brûlé pour cogénération : c’est pire. Les rejets de CO2 pour 100 m3 de biogaz (s’il contient 50 % de CO2) sont :

50 m3 issus du biogaz + 50 m3 de CO2 par combustion du méthane du biogaz. 55 % (*) de ces 50 m3 de méthane brûlés (soit 27,5 m3) convertis en chaleur utilisée, rejetant 27,5 m3 de CO2, se substituent au gaz naturel, qui aurait émis 27,5 m3 de CO2. Les 45 % de méthane restants (soit 22,5 m3) produisent de l’électricité. Cette production électrique se substitue à celle qui aurait été produite en France, décarbonnée à 95 %, donc dont les rejets de CO2 = 5 % de 22,5 m3. Soit 1 m3 de CO2.

Ainsi la cogénération engendre 3,5 fois plus de rejets de CO2 : 50+50= 100 m3, au lieu de 27,5 +1 = 28,5 m3 si recours à gaz naturel + électricité EDF. (Rendement chaudière à condensation = 100 % environ).           

(4) Compte-tenu des 5 % d’éthane, rejetant 2 fois plus de CO2 que le méthane, 1 % de propane … mais aussi quelques % d’azote, selon la composition moyenne du gaz naturel consommé en France.

(5) https://www.cnvmch.fr/a-savoir - voir la fiche 8 : "La politique de l'Etat français devient totalement schizophrène en finançant d'un côté le développement du stockage du carbone dans les sols et les sous-sols" (programme "4 pour 1000"), et en subventionnant (**) d'un autre côté la méthanisation qui contribue à diminuer la teneur en carbone des sols.

(6) "Avantage" selon l’Ademe : "Diminution des émissions de gaz à effet de serre par substitution à l’usage d’énergies fossiles".  (Lu sur : https://www.ademe.fr/expertises/dechets/passer-a-laction/valorisation-organique/methanisation).

(*) Aile : "Chiffres clefs de la méthanisation en Bretagne".

(**) Grâce aux aides publiques, le prix du m3 de rachat du biométhane = 5 à 10 fois celui du gaz naturel importé !

Télécharger ce texte

LogoBienVivreEnAnjou.jpg

 11 janvier 2022 

Mise en cause d'une inspectrice de la DREAL

Dans le Maine et Loire 2 associations ont pour la première fois pointé du doigt les manquements dans le travail d'une inspectrice de la DREAL auprès de son préfet

Le préfet ne nous a pas donné le rdv demandé et nous avons appris hier, par les bruits de couloir de la DREAL d'un autre département que ses services ne comptaient pas nous en donner et que nous aurions droit à une "remontée de bretelles" !!!

Vous trouverez sur notre page facebook le lien de la réaction du préfet par voie de presse d'hier  : "La mise en cause du travail de l’inspection de la DREAL n’est pas acceptable".

Mais également le lien d' un ancien article de presse mettant en cause la DREAL et concernant les épandages de digestats non autorisés mais connus de cette dernière.

Je vous invite à commenter et partager très largement la dernière publication de Bien Vivre en Anjou.

Cela concerne aussi bien la méthanisation, que l'éolien et toutes les autres ICPE.

Ce que nous voulons c'est que les contrôles soient effectués et qu'ils soient sérieux, impartiaux, équitables et transparents.

https://www.facebook.com/AssociationBienVivreEnAnjou/

20211126CartePostaleCorcoué.jpg

^ Télécharger

La carte postale du CVMC

00:00 / 02:14

COLLECTIF BETTON

VIGI METHA

^ Ecouter

Le chant des méthaniseurs

LogoConfederationPaysanne.jpg
LogoERB.jpg

^ Télécharger ^

Le biogaz est un mirage !

LolgoBienVivreDansLePerche.jpg

^ Télécharger

Projet de rebours et de gazoduc reliant Mortagne-au-Perche à Mamers