top of page
SeptScientifiques.jpg

Avis scientifiques

Méthanisation - Qu'en est-il réellement ?

Le CSNM et le GREFFE nous informent

 

En réponse aux documents de l'ADEME

et du Ministère de la Transition Ecologique

(voir ci-contre)

La méthanisation agricole ne répond pas aux enjeux prioritaires de l’énergie, de l’environnement et de l’agriculture

Jean-Pierre JOUANY Directeur de recherche honoraire INRAE

Vice-président de l’association GREFFE Membre du CSNM

La méthanisation est un processus biologique par lequel un écosystème microbien complexe transforme les matières organiques en méthane, en l’absence stricte d’oxygène. Cette opération se déroule naturellement dans les sédiments, les marais, les rizières, les océans, les décharges, le fumier, ainsi que dans le tube digestif de certains animaux (herbivores en particulier) et insectes (termites, cafards...). Les biotechnologues ont pu « domestiquer » ce processus naturel au sein de digesteurs anaérobies alimentés de matières organiques d’origine diverses dans le but de produire du méthane à des fins énergétiques.

 

Quelques contrevérités soutenues par les lobbys de l’énergie et plusieurs organismes institutionnels

1. Les déchets ne peuvent pas constituer une source énergétique efficiente. Le potentiel méthanogène (BMP en anglais) d’un substrat organique, exprimé en m3 de CH

par tonne de matière brute, définit la quantité de méthane produit durant le processus de méthanisation. Les valeurs de BMP sont très différentes entre substrats, les plus élevées correspondant aux substrats les plus riches en énergie fermentescible (huiles végétales, céréales) tandis que les plus faibles caractérisent les substrats contenant peu d’énergie fermentescible (lisiers, déchets cellulosiques agricoles).

  • Les déchets agricoles ne sont pas de bonnes sources organiques pour la méthanisation. La recherche d’efficacité dans la production de CH4 impose l’utilisation de sources à haute valeur énergétique qui sont habituellement destinées à l’alimentation humaine et animale, d’où l’apparition d’une concurrence pour les 2 usages avec, comme conséquences, une augmentation de leur coût et des risques de pénurie alimentaire à moyen terme.

2. La méthanisation émet 3 fois plus de gaz à effet de serre (GES) que le gaz naturel pour produire la même énergie. J’ai effectué le calcul des émissions de GES de chaque étape du cycle de vie d’une unité de méthanisation produisant 410.000 m3 de méthane injectés par an. L’unité est alimentée, chaque jour, par 50 tonnes de matières brutes composées de lisier de bovin, de CIVE et d’ensilage de maïs, ce dernier ingrédient représentant 15 % de l’approvisionnement brut total conformément à la réglementation française. Le détail des calculs est présenté dans le document 6 du Livret de la méthanisation agricole sur le site internet de l’association GREFFE (http://groupe-greffe.wix.com/groupe-greffe).

 

Etape 1 - Conception, construction, installation, entretien du site : 5 kg CO2eq/MWh

Etape 2 - Culture, récolte, transport du maïs et préparation de l'ensilage : 77 kg CO2eq/MWh

Etape 3 - Collecte, introduction de lisier dans le digesteur : 0 kg CO2eq/MWh

Etape 4 - Fonctionnement du digesteur (chauffage, agitation, pompes) : 20 kg CO2eq/MWh

Etape 5 - Fuites de biogaz et de biométhane : 245 kg CO2eq/MWh

Etape 6 - Purification du biogaz en biométhane : 20 kg CO2eq/MWh

Etape 7 - Collecte et stockage des données, contrôle des produits, torchère : 3 kg CO2eq/MWh

Etape 8 - Arrêt accidentel des digesteurs et remise en route : 3 kg CO2eq/MWh

Etape 9 - Arrêt définitif en fin de vie de l'installation : 5 kg CO2eq/MWh

Etape 10 - Combustion finale du biométhane : 327 kg CO2eq/MWh

Total : 705 kg CO2eq/MWh

 

  • Cette différence s'explique principalement par le fait (i)- que l'étape de combustion du biométhane n'a pas été comptabilisé par l'ADEME au prétexte qu'il s'agit de CO2 dit "biogénique" (issu des plantes introduites dans le méthaniseur qui photosynthèsent le CO2 atmosphérique, (ii)- que le niveau des fuites de biogaz a été sous-évalué, (iii)- que l'étape 2 (culture des intrants) n'a pas été comptabilisé au prétexte que ces cultures existent avant l'implantation du méthaniseur, ce qui est faux. Le point (i) sera discuté dans le § "c" qui suit.

  • La comparaison de ces données avec celle du gaz naturel qui émet 227 kg CO2eq/MWh [voir dans le document de l’ADEME https://bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?gaz.htm], aboutit à des conclusions totalement opposées : (i)- Selon mes calculs, la méthanisation émet 3 fois plus de CO2eq que le gaz naturel. (ii)- Selon l’ADEME, la méthanisation émet 5 fois moins de CO2eq que le gaz naturel. Comment arbitrer entre ces 2 positions (voir le § « c » qui suit) ?

Télécharger la suite de l'article.

SuiteAvisScientifiques

 12 janvier 2023 

Méthode pour la réalisation des bilans d’émissions de gaz à effet de serre conformément à l’article L. 229-25 du code de l’environnement

(juillet 2022)

Utilisation de l’argument de  "neutralité carbone" février 2022)

 

LogoActuLot.jpg

 12 octobre 2022 

Lot. Inquiétude de deux scientifiques, "la méthanisation fait peser des risques sur notre avenir".

Salle comble à Assier le 1er octobre 2022, pour écouter deux scientifiques du CNRS, mettant en garde une nouvelle fois, sur les risques que fait courir la méthanisation agricole...

 

LogoFranceInfo2.jpg

 20 octobre 2022 

"Parler gentiment a montré ses limites". Face à la crise écologique et climatique, des scientifiques racontent pourquoi ils entrent en rébellion

 

LogoGreffe.jpg

^ Télécharger

 2 février 2022 

La méthanisation agricole : attention danger pour notre souveraineté alimentaire.

Explications.

Gérard Fonty : Directeur de recherche honoraire au CNRS et Président du GREFFE (Groupe scientifique de réflexion et d’information pour un développement durable)

 

20211010RapportGIEC-CitoyensPourLeClimat.jpg

^ Téléchargement

Un résumé établi

par le regroupement "Citoyens pour le climat"

à propos du rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)  de août 2021

Télécharger

La méthanisation agricole ne répond pas aux objectifs de la loi de transition énergétique de 2015

La production de biométhane à partir de cultures agricoles dédiées conduit à un bilan négatif au niveau des rejets de CO2 et de l’énergie, fournit des fertilisants de qualité médiocre et peut placer les agriculteurs en situation financière délicate

LogoActuLot.jpg

A l'heure de la mise

en route d'un méthaniseur industriel qui va traiter 65 000 tonnes de déchets par an, sept scientifiques de renom signent une tribune dans La Vie Quercynoise

VerDeTerre.jpg

"Certes, les vers

de terre sont importants dans

un sol,

mais ils ne sont pas tout, même qu’une toute petite partie d’un système écologique qui réclame que nous gardions la tête froide, tant son fonctionnement intime demeure toujours un mystère"

LogoCSNM.jpg
LogoGreffe.jpg

^ Télécharger

Commentaires sur l'article paru dans Web-agri et intitulé : "Méthanisation : Sabine Houot (Inrae) rétablit les vérités quant à l'impact du digestat dans le sol".

Télécharger le complément

Réponses à quelques questions relatives
à la méthanisation, l'agriculture et l'agronomie

LogoMediapart.jpg

Le Collectif Scientifique National Méthanisation (CSNM)

et le GREFFE nous apportent ci dessous une autre réalité.

Alors que le Sénat doit rendre un rapport sur la méthanisation (octobre 2021), qu'en sera-t-il de la politique actuelle ?

A ce sujet, nous ne pouvons que déplorer la non-audition des associations et collectifs (plus de 200 à ce jour) ou de leurs représentants.

20210309JeanClaudeBrenot.jpg

Lot.

Renforcer l'Observatoire scientifique sur la méthanisation en créant un 7ème atelier

Il s'agit de mesurer l'incidence possible des épandages de digestat sur les abeilles, la microfaune du sol, la qualité des eaux souterraines et celle de l'air (les odeurs)...

Où l'on apprend également que

l’Allemagne fait marche arrière sur la méthanisation

bottom of page