PollutionEau.jpg

EFFETS COLLATERAUX

Pollutions

Pollution de l'eau dans le Finistère

Interrogations sur la méthanisation industrielle.

LogoL'EstRépublicain.jpg

  Meuse

du Collectif CAMHMP

Non à l'usine de Méthanisation de Harville-Maizeray- Pareid

Nous attirons votre attention sur l'accident qui s'est produit en Meuse le 1er novembre 2021 concernant une importante pollution des sources d'eau des villages de Rarecourt (55120) et Froidos.

Apparemment une méthanisation agricole serait à l'origine de cette catastrophe suite à l'épandage considérable de digestat sur des terrains non loin des sources communales.

Selon les échos que nous avons eu de cet incident, depuis trois semaines, l'eau est impropre à la consommation puisque l'eau du robinet à une teinte jaunâtre très odorante et elle ne peut être utilisée pour un quelconque usage.

Cela fait maintenant environ une dizaine de jours que les habitants sont ravitaillés en eau par des camions citernes provenant des communes alentours.

Voici la seule communication que nous avons pu trouver sur cet accident, cette histoire reste discrète par rapport à l'importance des dégâts.

L'enquête est en cours...

 

LogoLaMontagne.jpg

 Télécharger ^

250.000 € d’amende requis contre l'exploitant des méthaniseurs du pays de Salers après plusieurs épisodes de pollution.

Qui récupère les subventions de

825 000 € + 486 000 € (a minima) pour les deux méthaniseurs dont le 1er a explosé ? 

20210826L'Eaulne.jpg

La rivière Eaulne

est polluée

La citerne d’un tracteur agricole contenant du digestat s’est percée dans un champ.

Téléchargement

Seine-et-Marne

Troubles olfactifs à

Moret-sur-Loing et Orvanne

20210925PlastiquesDansLesOcéans.jpg

Alors que le WWF favorise la méthanisation avec des épandages de digestats contenant du plastique...

il crie au loup pour les plastiques dans les océans....

On retrouve des particules dans les digestats .

LogoActuEnvironnement.jpg

La restriction de l'usage de l'eau dans 50 communes bretonnes résulte d'une pollution occasionée par une installation de méthanisation. Un événement qui interroge sur le fort développement de la filière et les risques qu'il comporte.

Mercredi 19 août, le préfet du Finistère prenait un arrêté de restriction d'usage de l'eau pour 50 communes en raison d'une pollution à l'ammoniaque. La préfecture a réduit le périmètre de la restriction à 41 communes jeudi 20 août, certaines collectivités disposant d'un circuit d'approvisionnement isolé ne dépendant pas de l'usine de production d'eau potable impactée par la pollution. "Il est recommandé de ne pas utiliser l'eau du robinet pour la boisson et le lavage des légumes et des fruits consommés crus. Elle peut toutefois être utilisée pour les autres besoins sanitaires et pour la cuisson des aliments. L'eau portée à ébullition peut être consommée", prévient la préfecture.

L'origine de cette pollution ?  Le déversement, deux jours plus tôt,  de 400 m3 de digestats de méthanisation dans un bassin d'orage, puis dans l'Aulne, par l'installation de méthanisation Kastellin située à Châteaulin, révèle l'association Eau & rivières de Bretagne. "L'entreprise a alerté les autorités qui ont tenté de diluer la pollution par l'augmentation du soutien d'étiage au départ du lac Saint-Michel. Faute de résultats satisfaisants à l'usine de production d'eau potable de Coatigrac'h, la préfecture a dû se résoudre à prendre un arrêté de restriction d'usage de l'eau potable", explique l'association de protection de l'environnement.

Valoriser 30 000 tonnes de déchets organiques

L'établissement à l'origine de la pollution est une installation classée (ICPE) exploitée par la société Centrale Biogaz de Kastellin, propriété du groupe Engie Bioz SAS qui l'a rachetée à la société Vol-V Biomasse en mai 2019. Soumise au régime de l'autorisation, elle relève de la directive sur les émissions industrielles (directive IED) qui vise les installations les plus polluantes en Europe. Il s'agit du premier site d'injection de biométhane dans le réseau GRTgaz en Bretagne, indiquait l'Ademe lors de son inauguration en mai 2018. L'agence de la transition écologique, qui a financé le projet avec l'agence de l'eau et le conseil départemental, le cite parmi les opérations exemplaires du plan de développement de la méthanisation dans la région.

Lors de l'inauguration, l'exploitant avait annoncé un objectif de production de 22 gigawattheures par an de biométhane, soit l'équivalent de la consommation de la population de Châteaulin (plus de 5 000 habitants). La centrale, ajoutait-il, est dimensionnée pour valoriser environ 30 000 tonnes de déchets et matières organiques par an, dont 60 % d'origine agricole et 35 % industrielle. Outre le biométhane, la société annonçait la valorisation agricole, sous forme solide ou liquide, du digestat produit. "La forme liquide par sa concentration en azote ammoniacale offre la possibilité de se substituer aux engrais chimiques. Les exploitants agricoles peuvent ainsi (…) [optimiser] la fertilisation avec un produit complet et analysé avant chaque campagne d'épandage", vantait la société dans son dossier de presse.

Plainte contre l'exploitant

Mais ce qui apparaît exemplaire en termes d'économie circulaire et de développement des énergies renouvelables (EnR) peut ne pas l'être en termes de nuisances. "Comment se fait-il qu'une entreprise, dont l'étude des dangers a été présentée à l'enquête publique en septembre 2018, puisse générer un tel accident, sinon à penser que les risques industriels de ces installations de méthanisation sont largement minimi-sés ?", s'étonne Jean Hascoet, délégué territorial d'Eau et Rivières de Bretagne (ERB). L'ONG ne comprend pas comment une telle quantité de digestats a pu déborder sans alarme et sans bassin de rétention prévus.

 

L'association annonce le dépôt d'une plainte contre l'exploitant. Elle réclame également un moratoire sur la création de nouvelles unités de méthanisation industrielle en Bretagne. Pour les associations de la Fédération Bretagne Nature Environnement, la méthanisation "soutient, voire développe, un modèle agricole intensif, contraire à l'agroécologie et destructeur de l'environnement". Parmi les griefs formulés contre le développement de cette filière :  les incertitudes sur l'impact des digestats épandus, les concentration d'azote et de phosphore sur les territoires, les émanations et fuites de gaz, mais aussi… les pollutions accidentelles de cours d'eau.

 

"Cet événement (…) est également révélateur de la fragilité de notre modèle d'approvisionnement en eau", pointe ERB. L'association déplore l'abandon, ces quarante dernières années, de centaines de petits captages communaux et le recours à des interconnexions qui "éloignent toujours plus le consommateur de la ressource". Résultat ? En cas d'accident de ce type, "ce modèle ne laisse alors aucune alternative qu'une restriction d'usage pour des milliers de consommateurs".

LogoReporterre.jpg

 24 janvier 2022 

Pollution chimique :

la planète a franchi la ligne rouge.

La méthanisation y contribue

LogoBiogazPro.jpg

 12 janvier 2022 

Les épisodes de pollutions aquatiques par les usines de méthanisation se suivent ... et se ressemblent.

Risque pour les cultures, cultures à risques ou culture du risque ?

En attendant dans la Sèvre coule le digestat ...

LogoL'EstRépublicain.jpg

 10 janvier 2022 

Rarécourt.

Un mois sans eau : la méthanisation pointée du doigt

20210105PollutionLaFlèche.jpg

 5 janvier 2022 

Une pollution de La Flèche constatée à Plougar

LogoOuestFrance.jpg

Unité de méthanisation

A Combrand, près de Bressuire, du digestat se déverse dans un ruisseau.

20211209QuatreRouteDeSalers.jpg

Une nouvelle pollution constatée dans

un bassin aux

Quatre-Routes de Salers (Cantal)

20211206PollutionBeckerich.jpg

Luxembourg

BECKERICH

Une pollution majeure à la biomasse a été constatée, dimanche, dans le ruisseau Huewelerbaach.

Les conséquences sont inévitables.