GRDF.jpg

LOBBYING

L'appropriation locale de votre projet

Comprendre le positionnement possible

d'une collectivité

Anticiper

un conflit et faire face aux oppositions.

Les perceptions de vos parties prenantes sur votre projet seront hétérogènes, que vous ayez ou non construit une stratégie de dialogue territorial.

Partager

ses connaissances et répondre aux questions

La mise en place d’un dialogue territorial est essentielle pour prendre en considération les préoccupations des acteurs locaux impactés, concernés ou intéressés par votre projet de méthanisation.

Positionner

votre projet à l’égard d’enjeux environnementaux

GRDF soutient le développement d’une filière méthanisation exemplaire, construite dans le dialogue, qui prend en considération les enjeux de préservation de la nature et de l’environnement dès la conception des projets et tout au long de leur exploitation.

Construire

votre dispositif d’information et de dialogue à l’aide d’outils

Les perceptions portées sur un projet de méthanisation sont liées non seulement aux caractéristiques du projet mais aussi à sa localisation (distance aux habitations, configuration de l’accès routier, etc.), ...

Comprendre
le positionnement possible d’une collectivité.
Une enquête de perception réalisée par GRDF montre que les élus locaux s’octroient spontanément un rôle de facilitateur vis-à-vis des projets de méthanisation pour peu qu’ils soient convaincus du bien-fondé des projets. 

Une enquête de perception réalisée par GRDF montre que les élus locaux s’octroient spontanément un rôle de facilitateur vis-à-vis des projets de méthanisation pour peu qu’ils soient convaincus du bien-fondé des projets. 

Engager un dialogue avec les élus de votre territoire (commune, communauté de commune ou syndicat d’énergie, etc.) permet de les sensibiliser sur les enjeux de transition écologique (énergétique et agricole) liés à votre démarche. C’est également l’occasion d’aborder la question de l’implantation de votre unité de méthanisation et de partager sur la meilleure manière d’engager le dialogue avec les habitants.

Ceci est d’autant plus important que :

  • Chaque collectivité dispose de leviers d’action différents en matière de transition énergétique,

  • Les élus prônent la collaboration entre les différentes parties prenantes dès la naissance du projet pour en assurer la viabilité écologique, économique et sociétale,

  • La question de l’implantation d’une unité de méthanisation peut déclencher des tensions et être source d’opposition,

  • La position d’un conseil municipal peut être relayée auprès de la population locale par du bouche-à-oreille,

  • Des communes non desservies en gaz peuvent être impactées par la réalisation du raccordement de votre unité de méthanisation ou la réalisation de maillages nécessaires à l’injection de la production de biométhane.

Plusieurs ressources traitent du rôle des élus dans l’émergence des projets de méthanisation :

  • Ce guide donne des points de repère aux élus et techniciens des collectivités locales en vue de faciliter, accompagner et participer à l’installation d’unités de méthanisation agricole dans les territoires.

  • Dossier de capitalisation du CERDD. "Territoires et appropriation de la méthanisation". Ce dossier questionne le rôle du territoire dans la promotion du dialogue territorial dans les projets de méthanisation et propose plusieurs idées. Ce guide a été élaboré sur la base d’une réflexion organisée par le Centre de Ressource du développement Durable (Cerdd) de la région Hauts-de-France et la Métropole Européenne de Lille avec un panel d’acteurs.

Le gaz vert, une énergie "Made in France".

De la musique pour rythmer le discours et un grand ratissage de lieux communs - à l'aide de mots clé - juste pour faire croire que :

• "initiatives d'agriculteurs pour bénéficier de revenus complémentaires",

(faux, les agriculteurs sont le plus souvent sollicités par les gaziers et/où par l'AAMF pour se lancer dans cette industrie/commerce),

"engrais organique appelé digestat qui "peut" être épandu" (faux, le digestat "sera" épandu sur les terres agricoles car il n'a pas d'autre utilisation),

• "un levier de création d'emplois durables, non délocalisables mais quantifiés à l'horizon 2030"

(ici, il ne s'agit que de prospective visant à soutenir ce commerce),

• "une opportunité pour les jeunes diplômés" (lesquels, et quels sont les diplômes des agriculteurs méthaniseurs actuels ?),

• "la méthanisation est une solution vertueuse pour le traitement et la valorisation des déchets …"

(faux car la vertu est "une disposition à faire le bien et à rejeter le mal". Son bilan actuel est plutôt négatif ne serait-ce qu'en terme de GES).

• "le gaz vert participe ainsi à "l'économie circulaire" des territoires"

(faux car l'économie circulaire doit tenir compte de l'impact environnemental),

On tend à nous faire croire que la méthanisation fait disparaitre les déchets alors que 90 % du volume de digestat sera épandu sur des terres dont il ne sera pas nécessairement issu.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce gaz n’a rien de vert et l'argent de nos factures de gaz sert également à cette propagande.