GRDF.jpg

Lobbying

La communication

le fer de lance de l'acceptabilité sociale

de la méthanisation

LogoGrdf.jpg

Le gaz vert, une énergie "Made in France".

De la musique pour rythmer le discours et un grand ratissage de lieux communs - à l'aide de mots clé - juste pour faire croire que :

"initiatives d'agriculteurs pour bénéficier de revenus complémentaires",

Faux, les agriculteurs sont le plus souvent sollicités par les gaziers et/où par l'AAMF pour se lancer dans cette industrie/commerce.

"engrais organique appelé digestat qui "peut" être épandu" Faux, quelle que soit sa forme liquide où solide) le digestat "sera" épandu sur les terres agricoles car il n'a pas d'autre utilisation.

"un levier de création d'emplois durables, non délocalisables mais quantifiés à l'horizon 2030"

Ici, il ne s'agit que de prospective visant à soutenir ce commerce.

"une opportunité pour les jeunes diplômés" Lesquels, et quels sont les diplômes des énergiculteurs actuels ?

"la méthanisation est une solution vertueuse pour le traitement et la valorisation des déchets"

Faux car la vertu est "une disposition à faire le bien et à rejeter le mal". Son bilan actuel est plutôt négatif ne serait-ce qu'en terme de GES.

"le gaz vert participe ainsi à "l'économie circulaire" des territoires"

Faux car l'économie circulaire doit tenir compte de l'impact environnemental.

On tend à nous faire croire que la méthanisation fait disparaitre les déchets alors que 90 % du volume de digestat sera épandu sur des terres dont il ne sera pas nécessairement issu.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce gaz n’a rien de vert et l'argent de nos impôts et de nos factures de gaz sert également à cette propagande.

 

La méthanisation agricole, une idée à vendre ...

 

Vu par les scientifiques, la question de base est : la méthanisation est-elle utile et/ou indispensable, et si "oui" à l’un ou l’autre de ces critères,  de quelle façon doit-on procéder pour en limiter l’impact.

Vu par les communicants de l’ADEME, GRDF, l’AAMF (voire d’une partie de nos élus) tirant profit de cette pratique, ce n’est qu’une représentation marketing comme pour les produits ménagers, du "tout en un", celui qui règle tous les problèmes comme le couteau suisse avec lequel on peut visser, couper, déboucher, limer, poinçonner, etc…, tout dépend de l’objectif.

 

Ce "tout en un" politico-médiatique a des buts multiples ; consolider les revenus des agriculteurs, régler les besoins d’indépendance énergétique, respecter les objectifs européens en matière de GES, remplacer les engrais issus de l’industrie chimique, traiter les déchets, etc …

Ces objectifs ne sont pas nécessairement complémentaires et vouloir tout faire avec un seul outil n’a pas permis d’aborder le sujet de façon pragmatique.

Dans l’imagerie populaire la méthanisation agricole n’est qu’une notion - vendue aux agriculteurs et au grand public - qui ne se réfère pas à la science. L’image délivrées à ces cibles, délibérément manipulées, permet à chacun des bonimenteurs de diffuser des croyances qui, relayées par leurs semblables, finissent par construire une vérité.

 

Dans ce mode de communication,  le discours occulte tout ce qui accompagne le développement de l’activité : les nuisances et pollutions, les risques environnementaux et sanitaires, la dégradation des sols avec l’absence totale d’une analyse du cycle de vie (ACV) ainsi que celle du calcul du taux de retour énergétique (TRE), la surexploitation des cultures vivrières, le renforcement de la concurrence entre industriels et agriculteurs, ces derniers à terme risquant de devenir de simples fournisseurs de substrats (1), etc.

 

Dans l’urgence de cocher toutes les cases et pour rendre cela "entendable" et admissible, ils ont utilisé des mots qui font rêver et tout d’abord son must, le "cercle vertueux".

Par définition, le cercle est un "objet mathématique abstrait qui représente une certaine forme de perfection, de par sa symétrie et son absence d'aspérité" qui devient vertueux car "il est empreint de moralité et de sagesse". Le concept laisse rêveur …

Pour renforcer cette idée, ce cercle serait générateur d’"économie circulaire" qui comme chacun sait "cible la gestion sobre et efficace des ressources". Au vu des sommes pharaoniques déversées par diverses institutions pour soutenir les projets, il semble que la notion d’économie ne soit pas la même pour tous, le retour sur investissement a exclu le contribuable.

 

Pour enfoncer le clou et crédibiliser leurs mensonges, le gaz de méthanisation se devait d’être une "énergie renouvelable" ce qui est contredit par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) qui précise dans son cinquième rapport "Dans mille ans, jusqu'à 40% des GES rejetés depuis le début de l'ère industrielle seront encore dans l'atmosphère".

 

Selon GRDF, la méthanisation ne produit pas de méthane mais du biogaz et cela change tout !

GRDF n’utilise le mot gaz seul que lorsque celui-ci est d’origine fossile mais, scientifiquement, ce gaz est du méthane à 97% donc peu différent du dit "biogaz" qui lui, n’a rien de bio au sens courant du terme.

Moins connu que le tristement célèbre CO2, le méthane (CH4) est le deuxième gaz à effet de serre lié à l’activité humaine, principalement l’élevage, les combustibles fossiles (surtout des fuites remédiables dans l’industrie) et les déchets. Même, s’il subsiste moins longtemps dans l’atmosphère, son effet de réchauffement est bien supérieur à celui du dioxyde de carbone, jusqu’à plus de 80 fois.

 

L’AAMF, pour valoriser son image et tenter de devenir l’acteur incontournable de cette pratique, revendique (entre autres) l’aspect vert du gaz. Comme l’a affirmé son Président (2), "on veut défendre le fait que la couleur verte, elle vient de nos exploitations". D’un coup de baguette magique (ou plus précisément de dialectique marketing) le gaz devient vert, même celui qui est majoritairement issu de lisiers (comme en Bretagne) ou des déchets de l’industrie agroalimentaire arrivant par camion-citerne sur un site après avoir parcouru soixante kilomètres.

 

En refusant d'admettre que le bilan carbone de ce procédé est catastrophique et que son expansion concourt au réchauffement climatique, tout ce petit monde continue de grenouiller, chacun cherchant à justifier à l’aide de deux études financées par l’ADEME (scientifiquement très contestables) le bien-fondé de son commerce. Le socle est maigre, la science et le marketing ne font pas bon ménage.

Pour éviter toute comparaison, ils jonglent avec les unités en mélangeant allègrement TWh et tep (3), parlent de puissance et/ou d’énergie (4), tous les moyens sont bons pour brouiller les pistes.

 

Cerise sur le méthaniseur, ils tentent de nous faire croire qu'en 2050 tout le gaz de méthanisation produit remplacera le gaz naturel fossile alors qu’à ce jour la production de gaz par méthanisation ne sait pas compenser la progression de la demande qui n’a aucune chance de s’infléchir. 

 

Comme a écrit Ionesco

"Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux".

 

(1) Etude Pascal Grouiez du 22 octobre 2021 - CEP (Centre d’Etudes et Prospective) Projet de recherche Métha’ revenus. https://www.cnvmch.fr/prospective

(2) AFG - Congrès du Gaz 2021 du 30 septembre 2021. https://www.youtube.com/watch?v=Zvonm2Ni4LE

(3) 1 TWh (térawatt-heure) = 1.000.000.000 de kW, sensiblement égal à 86.000 tep (tonne équivalent pétrole).

(4) L'énergie c'est une puissance pendant un certain temps. Pour exemple, une éolienne arrêtée de 1 GW de puissance produit zéro GWh !

LogoGiec.jpg

^Télécharger

 13 février 2022 

Intervention de Madame Valérie Mason Delmotte (@valmasdel),

Co-présidente du

Groupe I du #GIEC qui parle du lobbying de ceux qui distillent de la désinformation sur le #Méthane biogénique dans une intervention à la BNS initiée par Sciences et Médias le 25 janvier 2022, intitulée "crises au ralenti comment être entendu" ?

https://youtu.be/pPKTCogxa30

LogoFranceBiométhane.jpg

Télécharger ^

La meilleure des défenses ... c'est l'attaque.

Où comment, à l'heure de Cash Investigations, une émission dérangeante, France Biométhane fait de la communication interne pour tenter de faire taire ce qu'ils ne veulent pas qu'on entende

Qui sont-ils ?

https://fr.linkedin.com/company/france-biom%C3%A9thane

LogoGrdf.jpg

Les "bons conseils" de GRDF pour implanter un site de méthanisation  en douceur

L'appropriation locale de votre projet

Bien que de nombreuses installations de méthanisation injectent du biométhane dans les réseaux de gaz français, la méthanisation reste un sujet technique et complexe à appréhender

Construire

votre dispositif d’information et de dialogue à l’aide d’outils

Partager

ses connaissances et répondre aux questions

Positionner

votre projet à l’égard d’enjeux environnementaux

Comprendre le positionnement possible d’une collectivité

Anticiper

un conflit et faire face aux oppositions

 
20221005JamyEtLaMéthanisation.jpg

^Télécharger

 5 octobre 2022 

Encore de la propagande !

La méthanisation est un leurre. Voilà ce que l’on veut nous faire croire.

Le tout, sous le contrôle de GRDF et les explications du Président de l'AAMF (Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France), en bref, que des gens qui en vivent ...

Seule la phrase finale tombe sous la sens, "l’énergie la plus propre est celle qu’on ne consomme pas".