top of page

La transition énergétique

Transition2.jpg

Perspectives

Réchauffement climatique

le nouveau rapport du GIEC

 

 26 mars 2023 

Ce qu'il faut retenir du nouveau rapport du Giec,

qui alerte sur les mesures "insuffisantes" prises à ce jour.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations unies a publié son sixième rapport. Franceinfo a épluché son "résumé pour les décideurs" et vous en détaille les informations à retenir.

"Le changement climatique est une menace pour le bien-être de l'humanité et la santé de la planète. Il existe une fenêtre d'opportunité pour garantir un avenir vivable et durable pour tous, qui se ferme rapidement." Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a publié, lundi 20 mars, la synthèse de son sixième rapport (en anglais). L'instance scientifique y résume les trois précédents documents consacrés à l'état des connaissances sur le changement climatique, ses conséquences et les solutions à y apporter. Son "résumé pour les décideurs" a été approuvé par les délégations de 195 pays.

Nos réponses à vos questions sur le réchauffement climatique

"Les tendances actuelles ne sont pas du tout compatibles avec la stabilisation du réchauffement, qui permettrait d'assurer un monde vivable et équitable. Des efforts qui ont été faits, mais ils n'atteignent pas l'échelle suffisante pour une baisse suffisamment rapide des émissions de gaz à effet de serre", alerte la climatologue Valérie Masson-Delmotte dans un entretien à franceinfo. Voici les informations à retenir de ce document de référence, que franceinfo a épluché. 

 

La Terre s'est déjà réchauffée de 1,1°C depuis l'ère préindustrielle

 

Le Giec commence par rappeler la situation actuelle : les activités humaines, notamment la combustion des énergies fossiles que sont le charbon, le pétrole et le gaz, ont émis des gaz à effet de serre à un rythme croissant, atteignant une concentration du CO2 dans l'atmosphère "la plus élevée depuis au moins 2 millions d'années". En résulte, et ce de manière "incontestable", un réchauffement de la température moyenne sur Terre de +1,1°C par rapport à la période 1850-1900, ainsi qu'une hausse du niveau de la mer de 20 centimètres entre 1901 et 2018. Le Giec précise que la hausse attribuée aux activités humaines est de 1,07°C.

Notre tableau de bord sur le réchauffement climatique

"Cela a conduit à une augmentation de la fréquence et de l'intensité des événements météorologiques extrêmes, qui ont eu des effets de plus en plus dangereux sur la nature et les populations dans toutes les régions du monde", écrit le Giec. Le groupe cite de très nombreuses conséquences, comme une baisse de la sécurité alimentaire et de l'accès à l'eau, la perte de vies humaines, l'extinction de centaines d'espèces, la survenue de maladies et de traumatismes, ou encore des déplacements "croissants" de populations. 

Les actions et engagements actuels sont "insuffisants" 

Pour faire face à ce réchauffement, les plans d'adaptation et les politiques d'atténuation des émissions de gaz à effet de serre se sont multipliés dans tous les secteurs et toutes les régions du monde, reconnaît le Giec. Toutefois, "le rythme et l'ampleur des mesures prises jusqu'à présent, ainsi que les projets actuels, sont insuffisants pour s'attaquer au changement climatique", insiste le groupe d'experts. Alors que les émissions "devraient déjà baisser maintenant" pour maintenir le réchauffement à +1,5°C, comme le préconise l'accord de Paris, "les émissions de gaz à effet de serre ont continué d'augmenter", expose le rapport. 

De nombreux pays ont déclaré leur intention d'atteindre la neutralité carbone au milieu du siècle, mais "peu de politiques sont en place actuellement pour tenir cette promesse", souligne encore le Giec, qui pointe du doigt l'"écart" entre les engagements et leur mise en œuvre. Si cet écart persistait, il nous ferait franchir la barre des +1,5°C au cours du siècle et nous conduirait vers un réchauffement de 3,2°C en 2100, expose le rapport. Le Giec ajoute que les prévisions d'émissions de CO2 liées à la combustion des énergies fossiles extraites dans les sites déjà existants "dépasseraient le budget carbone restant pour [maintenir le réchauffement à] 1,5°C".

Le Giec illustre ces trajectoires de réchauffement dans une frise éloquente, où chaque année est représentée par un trait vertical – bleu lorsque l'année est plus froide que la moyenne des températures relevées entre 1850 et 1900, rouge lorsqu'elle est plus chaude. On y voit qu'une personne née en 2020 vivra sous un climat bien plus chaud à l'âge de 70 ans, l'intensité du réchauffement dépendant du niveau d'émissions de gaz à effet de serre.

Chaque fraction de degré supplémentaire menace les écosystèmes

A chaque fraction de degré en plus, les risques qui s'intensifient, décrit le Giec. "Des vagues de chaleur plus intenses, des précipitations plus abondantes et d'autres phénomènes météorologiques extrêmes [qui] augmentent encore les risques pour la santé humaine et les écosystèmes", énumèrent les experts.

Certains effets se manifesteront sur le très long terme. Ainsi, l'élévation du niveau de la mer "est inévitable pendant des siècles, voire des millénaires, en raison de la poursuite du réchauffement des océans profonds et de la fonte des calottes glaciaires, et le niveau de la mer restera élevé pendant des milliers d'années", détaille le rapport. La hausse pourrait atteindre 2 à 3 mètres dans les 2000 prochaines années si le réchauffement est maintenu en-dessous de 1,5°C, et 2 à 6 mètres pour un réchauffement limité à 2°C. Avec une température moyenne globale à +2°C, "les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique occidental disparaîtront presque complètement et de manière irréversible sur plusieurs millénaires", expose encore le Giec.

Les moins responsables sont les plus vulnérables 

Le rapport du Giec fait également état du déséquilibre dans la responsabilité et l'exposition aux conséquences du réchauffement. "Les communautés vulnérables, qui ont historiquement le moins contribué au changement climatique actuel, sont touchées de manière disproportionnée", écrivent les experts. Elles représentent, selon le Giec, 3,3 à 3,6 milliards de personnes. "La plupart des impacts négatifs ont touché des endroits et/ou communautés d'Afrique, d'Asie, d'Amérique centrale ou du Sud, des pays les moins développés, des petites îles et de l'Arctique, et globalement des peuples indigènes, des petits producteurs alimentaires et des ménages à faibles revenus." 

"Au cours de la dernière décennie, les décès dus aux inondations, aux sécheresses et aux tempêtes ont été 15 fois plus nombreux dans les régions très vulnérables", rapporte Aditi Mukherji, l'une des autrices du rapport. Face à cette inégalité, souligne le rapport, "donner la priorité à l'équité, à la justice climatique, à la justice sociale, à l'inclusion et à des processus de transition justes peut permettre l'adaptation, des mesures d'atténuation ambitieuses et un développement résilient au climat."

La décennie 2020 est cruciale

Dans son rapport, le Giec répète que la décennie en cours est "essentielle" pour lutter contre le changement climatique. Si l'on veut limiter le réchauffement à +1,5°C, il faudrait avoir réduit de 48% nos émissions de CO2 d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2019, établit-il notamment.

"Les choix et actions mises en œuvre dans cette décennie vont avoir des impacts maintenant et pour des milliers d'années", insiste le texte. Le Giec prévient que "sans actions d'adaptation et d'atténuation [des émissions] urgentes, efficaces et équitables, le changement climatique menacera de plus en plus les écosystèmes, la biodiversité, les moyens de subsistance, la santé et le bien-être des actuelles et futures générations". 

Tous les acteurs ont les solutions entre les mains

Si aujourd'hui, nous sommes "le dos au mur, (...) des solutions existent", insiste Valérie Masson-Delmotte. Le rapport du Giec souligne que tous les acteurs ont leur rôle à jouer.

Pour y parvenir, de nombreuses "options d'atténuation et d'adaptation" sont "efficaces et peu coûteuses" et surtout "déjà disponibles", ajoute le rapport. Le Giec cite en premier lieu la transition "des énergies fossiles vers des sources non ou peu émettrices en gaz à effet de serre", mettant en avant l'énergie solaire et l'éolien. Il évoque également une transition vers une alimentation plus végétale, la reforestation, l'électrification des usages, les efforts de sobriété, "la conservation d'environ 30 à 50% des terres des eaux douces et des océans de la planète" et la capture du carbone pour "compenser les émissions difficiles à baisser". Mais aussi des outils financiers, comme "supprimer les subventions aux énergies fossiles".

Le Giec alerte sur les dangers du techno-optimisme : "L'innovation technologique peut entraîner des contreparties tels que des impacts environnementaux nouveaux et plus importants, des inégalités sociales, une dépendance excessive à l'égard de connaissances et fournisseurs étrangers (...) et des effets de rebond."

Ces solutions, détaillées dans un précédent rapport, sont entre les mains de nombreux acteurs, à tous les niveaux de décision. Les échelons des institutions locales et nationales sont cités, ainsi que la coopération internationale. Celui des consommateurs également, car jouer sur la demande permettrait de réduire 40 à 70% des émissions globales de gaz à effet de serre de nombreux secteurs d'ici 2050.

Le financement de l'action climatique doit largement s'amplifier

Si le Giec note une augmentation des financements pour le climat ces dix dernières années, il déplore que "les flux financiers publics et privés destinés aux combustibles fossiles restent plus importants que ceux destinés à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation". 

Les niveaux actuels d'investissements devraient être "trois à six fois plus élevés" pour limiter le réchauffement à 2°C ou 1,5°C, écrit ainsi le rapport. "L'accélération de l'action climatique ne sera possible que si le financement est démultiplié. Des financements insuffisants et mal dirigés freinent les progrès", explique l'un des auteurs, Christopher Trisos. Le groupe d'experts répète encore, études à l'appui, que le coût de l'action est moins important que celui de l'inaction.

L'action climatique a de nombreux "co-bénéfices"

Les solutions visant à réduire nos émissions de gaz à effet de serre et à s'adapter aux conséquences déjà visibles n'ont pas seulement un effet sur notre résilience face au changement climatique, elles ont aussi "des bénéfices plus larges", salue le Giec. Le groupe d'experts énumère "l'amélioration de la productivité agricole, l'innovation, la santé et le bien-être, la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance et la conservation de la biodiversité".

Dans les transports, illustre le Giec, "l'électrification à faible émission de carbone, la marche, le vélo et les transports publics améliorent la qualité de l'air, améliorent la santé, les possibilités d'emploi et l'équité".

SuiteTransitionEnergétique
QuoiDeNeuf ? Transition énergétique

 18 mai 2024 

Pesticides, 97% des captages d'eaux souterraines contaminés aux pesticides dont 20% au-delà des normes !

300 polluants analysés sur 8 ans pour cette cartographie publiée dans "Le Monde"

Pour consulter, il faut autoriser l'accès des cookies

 22 mai 2024 

La biomasse, un sujet à haute tension pour réussir la transition énergétique.

Fermer des centrales à charbon pour les remplacer par des centrales à biomasse ? Sur le papier, l’idée paraît séduisante mais la réalité est bien plus complexe.

 1 mai 2024 

Renouvelables, biogaz, tout-électrique, une série d’échecs

Depuis plus de 5 ans le CSNM (Collectif Scientique National Méthanisation raisonnée) avertit tous les politiques du "gâchis et déficit en vue sur le biogaz"

 15 mars 2024 

Des prédateurs naturels plutôt que des pesticides

une étude démontre l'efficacité du "biocontrôle" contre les nuisibles dans l'agriculture.

 5 février 2024 

Résolution du Parlement européen du 28 avril 2021 sur la protection des sols  (2021/2548(RSP)

M. Fesneau ministre de l’agriculture annonce la mise "en pause" du

plan Ecophyto visant à réduire l’usage des pesticides

Au regard de cette annonce, on peut penser que les pesticides n’en font plus partie !

LogoReporterreNouveau.jpg

 7 janvier 2024 

Avec TotalÉnergies, explorez les projets qui vont faire exploser le climat

Vous pouvez agrandir et faire tourner l’image de la terre

 25 décembre 2023 

Ce gaz qui remonte le long du sous-sol norvégien est une bombe à retardement écologiqueur le climat préconise la prudence

Et aussi d'ouest en est, de l'Alaska au Kamchatka, c'est à dire toute la zone terrestre au dessus du pergelisol, le carbone a été séquestré et a fermenté. Ce sont en gros des tourbières gelées, qui lorsqu'elles vont dégeler vont relarguer des dizaines de milliards de tonnes de CH4 ...

 11 décembre 2023 

Fin novembre 2023 Des navires remplis de GNL bloqués au large des côtes européennes.

 4 décembre 2023 

"La biomasse, c’est du vivant, ça ne se manipule pas comme de l’électricité"

Dans un entretien au "Monde", Monique Axelos, directrice scientifique à l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), explique pourquoi la production d’énergie à partir de végétaux doit être envisagée avec prudence.

 13 novembre 2023 

"Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi l'Allemagne

(qui déjà a tout faux dans sa transition énergétique) utilise parmi ses productions fossiles d'abord le charbon (le plus polluant) et après seulement le gaz ?

On retrouve ce phénomène ce 6 novembre 2023 mais aussi sur 12 mois".

Eux les pionniers en matière de méthanisation, on voit ce que cela donne au final".

Bruno LADSOUS Protection de l'environnement, pour une transition écologique juste et sans éolien

 26 septembre 2023 

Le glyphosate c'est comme la méthanisation, cela détruit l'écosystème et ruine notre santé

Quand on fait appel à des scientifiques liés à des industriels qui ne regardent que leur profit et n'ont que faire de la planète et de la santé des êtres vivants, c'est désolant.

Voici les arguments de notre ministre de l'agriculture.

Nous entendons leurs mêmes arguments à propos des scientifiques qui alertent sur le principe de la méthanisation.

LogNovethic.png

 13 septembre 2023 

Tout un symbole !

En Allemagne, le géant RWE est en train de démonter des éoliennes

pour agrandir une mine à ciel ouvert de charbon, le tout avec le feu vert du gouvernement. Avec la guerre en Ukraine et les coupures de gaz russe, le pays a relancé des projets de charbon, bien que ce soit la plus polluante des énergies fossiles.

^ Télécharger

 29 août 2023 

Le saviez-vous ?

 

 19 août 2023 

Les restrictions d'eau me concernent-elles ? Et l’eau consommée par les méthaniseurs ?

 23 juillet 2023 

Agriculture régénérative : une agriculture plus économe

Pas besoin de fertilisant donc pas besoin de digestat !

 26 juin 2023 

Faut-il freiner l’essor de la biomasse ?

 20 juin 2023 

Il invente un moteur sans combustion et sans émission de CO2

Une solution pour se passer des méthaniseurs et autre combustibles qui se disent bio et "verts" ?

 14 juin 2023 

Pourquoi le gaz naturel n'est plus en odeur de sainteté ?

Les explications de François Lenglet

par La rédaction de TF1

 4 juin 2023 

Une solution pour sauvegarder la biodiversité alors que le principe de la méthanisation la détruit

 30 avril 2023 

Goeulzin (59)

Ce village s'éclaire grâce à son moulin

LogoReporterreNouveau.jpg

 14 avril 2023 

Les minerais :

le très noir tableau des énergies vertes

 7 avril 2023 

Qui réchauffe le climat (et comment) ?

Le dérèglement climatique est très principalement dû à nos émissions de gaz à effet de serre. Mais quelles sont les activités humaines qui en émettent le plus ?

Et qui en est à l’origine ?

 4 avril 2023 

Selon GRDF, le gaz n'est plus une priorité.

Et encore à court de subvention ?!

 18 mars 2023 

Comment faire face à la méthanisation, en se chauffant autrement.

 7 février 2023 

Vers les énergies non fossiles

Les Vosges veulent produire de l’énergie verte et locale !

 22 janvier 2023 

Et si on utilisait les vagues pour produire de l’énergie verte ?

L’énergie houlomotrice (énergie des vagues) a un énorme potentiel, elle pourrait couvrir 10% de la demande mondiale en électricité.

 16 janvier 2023 

Un Moulin à Eau transformé en mini centrale hydroélectrique

Il transforme un vieux moulin à eau familial en une mini centrale hydroélectrique. Bernard nous reçoit dans l'Aude pour nous parler de l'histoire des moulins à eau ainsi que la possibilité de produire de l'énergie renouvelable grâce à la force de l'eau. Il revient sur les difficultés administratives et le parcours du combattant que cela représente.

SOMMAIRE :

00:00 Introduction

01:05 Présentation de Bernard et du Moulin de Bru

19:35 Début de la visite du moulin par le seuil

47:33 Le canal d'amenée et le dégrilleur à feuilles

 01:05:00 La partie basse du moulin à eau

01:13:00 La chambre des meules et la bluterie à farine

01:25:17 La centrale hydroélectrique

01:46:42 Les difficultés administratives et l'écologie

 9 janvier 2023 

Le béton de chanvre, un matériau de construction moins polluant et moins cher

Inventé en 1986 et facile à produire, le béton de chanvre deviendra sûrement la meilleure alternative au béton traditionnel...

bottom of page